[accueil]  [chercher]


2018-02-27 11:04

L'Estonie a un projet de visa pour les « nomades digitaux »


Jobbatical et le ministère estonien de l'Intérieur souhaitent créer le premier visa au monde pour les « nomades digitaux ». Nous avons pu poser quelques questions à Karoli Hindriks, fondatrice et p.-d.g. de la société. Selon un communiqué de presse, avant Jobbatical, Karoli a lancé sa première entreprise à l'âge de seize ans. Elle a fondé trois entreprises et dirigé cinq dans les domaines des médias, du marketing et du recrutement, elle a ainsi participé au lancement de sept chaînes de télévision en Europe du Nord (dont National Geographic Channels, MTV et Fox Entertainment).

Tout d'abord, pourriez-vous nous dire quelques mots sur votre entreprise ?
Jobbatical est une plate-forme ouverte avec plus de 160 000 utilisateurs de plus de 150 pays. Jobbatical est la première start-up centrée sur la mise en relation de l'industrie technologique avec des talents prêts à déménager à travers le monde. Avec le slogan « embauchez le monde », Jobbatical se situe au croisement de l'avenir du voyage, du travail et de la mobilité des talents. Nous nous différencions par l'aide à l'immigration, l'image de marque des clients, la rédaction publicitaire et d'autres services de soutien. Comme l'a récemment déclaré un article de Forbes : « Jobbatical est intéressante parce qu'elle s'adresse aux personnes confiantes qui s'identifient en tant que citoyens du monde ».

Vous travaillez sur un projet de visa pour les « nomades digitaux » avec la police estonienne. Comment a commencé ce partenariat ?
Nous avons été contactés par le ministère de l'Intérieur pour analyser la nécessité d'introduire un visa pour les « nomades digitaux ». C'est un sujet que j'avais déjà abordé avec plusieurs membres du gouvernement et je suis heureuse que cette idée a grossi et puisse donner lieu à une action. En travaillant en collaboration avec les leaders des « nomades digitaux » et le ministère de l'Intérieur, nous espérons démontrer la valeur potentielle du programme pour le secteur de la technologie en Estonie.

Dans certains pays, il serait étrange qu'une entreprise travaille sur un nouveau projet de visa. Quel est votre point de vue ?
Je pense qu'il est important que les plates-formes qui travaillent avec des talents travaillent également en étroite collaboration avec les gouvernements, car les plates-formes ont des données et une compréhension des besoins beaucoup plus grandes que celles que les fonctionnaires peuvent obtenir à distance. Je pense que les pays peuvent commencer à adapter leur expérience utilisateur uniquement lorsqu'ils commencent à écouter les personnes qui pourraient contribuer à leur économie. Nous reconnaissons la valeur que les organisations et les entreprises du secteur privé peuvent ajouter aux initiatives gouvernementales. Jobbatical a le privilège d'aider le ministère de l'Intérieur en s'appuyant sur sa communauté numérique nomade, en aidant les nomades actuels et en herbe à avoir leur mot à dire dans la nouvelle initiative.

D'autres entreprises sont impliquées ?
Il y a également des représentants du Conseil de la police et des gardes-frontières et du Ministère des affaires économiques et des communications - en tant qu'experts dans leurs domaines respectifs. Plus Remote Year et WiFlyNomads en tant que représentants des communautés nomades.

Qu'est-ce que serait un visa pour les « nomades digitaux » ? Jusqu'à présent, ces nomades peuvent vivre sans...
Un visa pour les « nomades digitaux » permettrait de vivre et de travailler en Estonie pendant 365 jours maximum. Cela permettrait aux travailleurs indépendants de leur lieu de travail de venir en Estonie avec un visa sur mesure, ce qui simplifierait le processus de demande de visa et fournirait aux nomades une politique migratoire qui leur convient.

Aujourd'hui, les nomades numériques peuvent facilement ouvrir une entreprise grâce à l'e-résidence par exemple, mais l'ouverture d'un compte bancaire ou d'un compte sur une plate-forme de paiement reste souvent un problème. Un visa pour les « nomades digitaux » pourrait-il résoudre ce problème ?
Le but du visa pour les « nomades digitaux » est de fournir aux travailleurs indépendants du lieu le meilleur cadre possible pour vivre et travailler en Estonie. Comme le projet n'en est encore qu'à ses débuts, nous sommes incapables de commenter les détails de la proposition. Nous pouvons toutefois confirmer que nous travaillons en étroite collaboration avec la communauté des « nomades digitaux » pour élaborer un visa qui réponde à certains de leurs problèmes les plus urgents.

Quelles pourraient être les règles de ce visa ? Au moins les idées que vous avez jusqu'ici...
Il est trop tôt pour entrer dans les détails, mais il est probable que la durée du visa sera plafonnée à 365 jours. Le visa permettrait également aux « nomades digitaux » d'accéder à l'espace Schengen (une zone comprenant 26 États européens qui ont officiellement aboli les contrôles des passeports), ce qui leur permettrait de voyager dans les autres États membres de l'Union européenne pendant 90 jours au maximum.

Quand un tel visa pour « nomades digitaux » pourrait-il voir le jour ?
Après une période de consultation, les travaux commenceront sur l'élaboration d'une proposition formelle de législation pour l'adoption du visa. Au cours de ce processus, d'éminents experts en mobilité de la main-d'œuvre évalueront la définition d'un « nomades digitaux » avant de l'incorporer dans une proposition législative.



crédit photo : Andres Teiss





Vous aimez cette page ? Partagez-en le lien !

Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Reddit


[homepage] [RSS] [archives]
[contact & legal & cookies] © ACBM